Le surcontrôle, un comportement à combattre de toute urgence

Combattre le surcontrôle, un ennemi de l'épanouissement

Ci-dessous, je te livre la transcription de cet épisode « Pourquoi le sur-contrôle est l’ennemi de ton bien-être ». Je te conseille l’écoute audio mais si tu préfères lire…

Le surcontrôle: pourquoi le combattre ?

Sais-tu que 90% des gens pensent qu’en contrôlant au maximum leur vie, ils seront épanouies?

Malheureusement, ces gens suivent la mauvaise route, elle les mènera directement à une destination opposée au bonheur ?

Imagine que tu viennes de monter dans une montgolfière,
et que malgré que le brûleur tourne à pleine régime,
que les conditions météo soient bonnes,
tu ne décolles pas du sol.
En examinant la situation d’un peu plus près,
tu remarques qu’à la nacelle est accroché un gros sac
qui semble très lourd,
et sur lequel il est noté « le sur-contrôle ».

Dans cet article, je vais te donner des conseils pour combattre le surcontrôle, et arriver à prendre de la hauteur.

Beaucoup pensent que surcontrôler sa vie est une bonne chose

Peut-être que comme la majorité des gens qui t’entourent,
Tu aimerais naviguer sur un long fleuve tranquille, ou dans un ciel sans nuage
Tu aimerais vivre une vie dans laquelle tu saurais gérer toutes les situations et où tu n’aurais aucune mauvaise surprise
Et c’est pourquoi tu as cette envie de tout contrôler autour de toi.

Pourquoi combattre le surcontrôle ?

Comme la comparaison à l’autre ou l’envie de remplir constamment ta vie,
le besoin d’avoir l’impression de gérer tout ce qui t’arrive est un comportement qui est très répandu mais qui malheureusement est très néfaste.

Tu vas comprendre pourquoi ce comportement est à corriger de toute urgence car il génère du stress,
de la colère,
de grandes frustrations
Et il t’empêche de profiter de belles surprises que la vie pourrait t’apporter.

Pourquoi avons-nous envie de tout contrôler ?

Pour se rassurer

La première idée qui me vient en tête est le besoin naturel de se rassurer.
Le changement, l’incertitude, ça fait peur ! Par défaut, notre cerveau cherche avant tout à nous faire survivre.
Il considère la moindre surprise comme un cadeau empoissonné, et il cherche donc à l’éviter. 

Quand tu surcontrôles ta vie, tu penses que rien de mal ne peut arriver car tout est sous-contrôle or si tu y réfléchis un peu, tu sais que ça ne change pas grand chose.

L’envie de ne pas subir sa vie

La deuxième idée, d’après moi, est que l’on a pas envie de subir sa vie, ce qui est plutôt un bon état d’esprit si l’on sait où placer ses efforts.
Quelqu’un qui a l’impression de n’avoir aucun contrôle de sa vie peut se sentir à la merci du Monde.
Et si par malheur, cette même personne n’est pas optimiste et plutôt méfiante, elle considère que le monde lui veut du mal.
C’est pourquoi elle veut éviter toutes les situations incertaines et donc elle cherche à contrôler tout son environnement : les situations et les personnes qui l’entourent.

Si elle ne le fait pas, elle aura l’impression de subir sa vie avec toutes les souffrances que cela peut lui apporter.

Ne pas confondre responsabilité et surcontrôle ?

Comprendre ce que tu peux contrôler

Si tu m’écoutes souvent, tu peux te dire :

C’est bizarre, Sylvain nous parle souvent de responsabilité donc c’est plutôt pas mal d’avoir cette envie de contrôle

Mais ici, la nuance se situe au niveau de ce que tu veux contrôler:
Contrôler ton alimentation,
contrôler ton sommeil,
contrôler tes habitudes, c’est vraiment bien (en faisant cela, tu contrôles ta vie, tu exerces un contrôle volontaire et interne sur toi). 
Attention toute fois à ce que ce contrôle devienne problématique et se transforme en exigences extrêmes.

Ne cherche pas à contrôler l’extérieur

Mais dans cet épisode, je te parle de contrôle externe, donc à priori sur des choses que tu ne peux pas contrôler et malheureusement, c’est un réflexe qu’ont beaucoup de gens. Ils se trompent simplement de cibles.

Alors pourquoi le surcontrôle rend-il malheureux ?

On ne peut pas simplement tout contrôler

La première explication est très simple, on ne peut pas tout contrôler, c’est ce que je viens de t’expliquer.
Dans ta vie, certains paramètres sont invariables ou tu n’as tout simplement aucun moyen de les faire évoluer donc t’épuiser à essayer de le faire n’est pas une bonne idée.

Par exemple la météo,

Comme tout le monde, tu aimerais passer des vacances ensoleillés et pourvoir randonner si tu es à la montagne ou surfer si tu es à la mer.
Mais malheureusement, tu ne contrôles pas la météo, tu ne peux pas jouer sur l’ensoleillement ou la présence de houle dans l’océan.
Et ce n’est pas en vérifiant les prévisions météorologiques toute la journée que ça y changera quelque chose.

Si tu essayes quand même

la seule chose que cette surveillance crée, c’est de l’anxiété et de l’énervement pour quelque chose sur laquelle tu n’as aucun impact, aucun contrôle.
En revanche, ce que tu peux contrôler c’est peut-être d’avoir une tenue de pluie dans ton sac, ou d’avoir un bon bouquin pour patienter sur la plage le temps que la houle se réveille.

Donc cette envie de contrôler des choses sur lesquelles tu n’as aucun pouvoir, créent de l’anxiété, du stress et de la frustration.

Le surcontrôle rend perfectionniste

Le second problème de ce surcontrôle est que ça rend perfectionniste et que la moindre décision est un calvaire.

Si tu veux faire quelque chose, ou décider de quelque chose et que tu veux que ce « quelque chose » soit parfait.
Souvent, malheureusement tu ne feras rien.
car ne rien faire,
c’est meilleur moyen de ne pas subir de critique ou d’auto-critiques si tu n’as pas réglé son compte à cette petite voix, à ce petit juge.

c’est aussi le meilleur moyen de ne pas subir d’échec si tu n’as pas adopté l’état d’esprit qui va bien, à savoir, que derrière chaque échec se cache une leçon.

Bref, quand tu veux tout contrôler, que tu veux que toutes tes décisions soient optimales, tu prends le risque de ne rien faire.

Par exemple, ce que je contrôle sur cet épisode

Par exemple, quand je publie cet épisode, ce que je peux contrôler:
c’est la qualité de mon contenu
La longueur de l’épisode
Le design de ma jaquette,

En revanche, je ne peux pas contrôler le nombre d’écoutes ou de lectures, l’idée que tu vas t’en faire, ton envie de m’écouter jusqu’à la fin,…

le surcontrôle crée des conflits avec l’entourage

Le troisième problème de ce surcontrôle est que tu risques de créer des conflits avec ton entourage.
Je t’ai déjà dit plusieurs fois qu’il ne faut pas chercher à faire changer les gens,
Tu peux être un modèle pour eux et leur donner envie de changer,
mais tu ne dois pas, essayer de les faire changer, essayer de les modifier pour qu’ils correspondent à ceux que tu aimerais qu’ils soient.

Tu essayes quand même de contrôler les autres !

Il y a deux cas, tous deux négatifs d’où l’intérêt de combattre ce surcontrôle.

  • Le premier cas, ils font réellement ce que tu leur demandes. Tu as donc réussi à ce qu’ils réagissent de la manière dont tu voulais.
    Tu as agi sur leur comportements, mais en leur retirant leur libre arbitre, en les empêchant de faire ou de penser ce qu’ils veulent,
    Tu leur retires aussi leur autonomie car tu leur expliques ce qu’ils doivent faire et comment ils doivent le faire.
    Tout ça crée de la frustration chez eux, de l’amertume envers toi et donc il est alors très difficile d’établir ou de maintenir de bonnes relations avec ces personnes.
  • Dans le deuxième cas, tu as toujours voulu les contrôler mais ils ne t’ont pas écouté et là, c’est toi qui ressens une grande frustration , voire un colère vis à vis d’eux car tu ne comprends pas pourquoi ils ne suivent pas tes recommandations.

Quand je t’explique ce comportement, tu penses peut-être à ton manager, et là tu viens de comprendre pourquoi tu ne te sens pas bien à ses cotés. L’autonomie est un des axes majeurs d’épanouissement professionnel, mais ce sera le sujet d’un autre podcast.
Si ton boss est dans le surcontrôle de ses équipes, qu’il tient à vérifier tous tes dossiers, voire relire tous tes mails, tu ne peux que sentir de la frustration.

Maintenant, si c’est toi le ou la manager, tu viens peut-être de comprendre pourquoi tu n’arrives pas à déléguer, car ça te donne l’impression de perdre l’emprise sur la qualité des tâches dont tu es responsable, et tu viens peut-être de comprendre pourquoi tu ressens un grand stress professionnel.

Donc laisse aux gens qui t’entourent leur autonomie, ils apprendront quelques fois à leur dépend mais c’est mieux comme ça. Tu verras que si les décisions sont prises ensemble, grâce à des échanges, tout le monde sera bien plus heureux et épanouis.

La surcontrôle crée de la charge mentale

La quatrième conséquence est cette dose de stress et la charge mentale que cela génère.

Tu t’en mets plein la tête

A chaque situation, il y a un nombre considérable de chose à gérer et même si tu ne penses qu’à une infirme part de ces variables.
Tu t’en rends malade avec les conséquences sur ton état physique, ton sommeil, ton état émotionnel et sur tout le reste.

Si à chaque réunion…
Tu te poses la question de tous les aspects logistiques, la présences des gens, leurs disponibilité mentale, les questions qu’ils ou elles pourraient te poser, les problèmes que tu pourrais rencontrer, imagine ce que peut être ta charge mentale et le stress que cela génère en toi.

Si à chaque choix de logement estival
Tu te poses la question de la localisation, de la proximité des voisins, des potentielles nuisances sonores, de la probabilité que le temps soit sympa, que le syndicat d’initiative propose des activités, que la route pour t’y rendre ne soit pas trop encombrée…

Tu as du constater que j’ai beaucoup d’aisance à illustrer ce sujet. J’ai fait ça tant d’années que je pourrais continuer comme cela pendant des heures. Il y a encore 4/5 ans, le moindre changement de programme me faisait avoir des insomnies.

Mais alors, comment combattre ce surcontrôle ?

Quelles solutions pour arrêter de tout surcontrôler ?

Déjà là, tu viens de comprendre, tu as pris conscience de la négativité de ce comportement, le stress, la charge mentale, les conflits relationnels, or cette prise de conscience est toujours la première étape d’un apprentissage.

J’ai plein de conseils à te proposer mais le principal, c’est le lâcher prise.

Comment lâcher prise ?

Super Sylvain, tu crois que c’est facile, lâcher prise c’est un peu capituler, non ?

Ne t’inquiètes pas, je reviens rapidement pour t’en dire plus.

Les autres moyens de lâcher prise

Ce sera le sujet du prochain épisode qui arrivera dès mardi prochain. Je t’y expliquerai comment identifier les domaines que tu peux réellement contrôler.
Et pour les autres, je te donnerai des conseils pour lâcher, pour réussir à accepter les situations sans que ces dernières t’écartent du bonheur.

En attendant cet épisode, jeudi, dans la newsbetter, je te proposerai des questions à te poser pour déjà prendre conscience des situations ou tu es en mode « surcontrôle ».

Pour aller plus loin sur le sujet, je te conseille de t’abonner à la newsBetter afin de recevoir mes conseils sur ces différents thèmes.

Si tu m’écoutes sur Apple Podcast ou Itunes, tu peux aussi me laisser un avis 5* et surtout un commentaire.

N’hésite pas à me faire un retour, c’est avec grand plaisir que j’y répondrai. Bonne écoute et arrête de surcontrôler ta vie !

Les épisodes que tu as peut-être loupés...

Pourquoi la gratitude rend-elle heureux ?
Détoxication digitale
lâcher prise
Conduire son changement
Addiction digitale

Abonne-toi à la NewsBetter !