Comment ne plus échouer à trouver le bonheur ?

comment accéder ou atteindre le bonheur

Si tu veux savoir pourquoi 90% de l’humanité échoue en essayant d’atteindre le bonheur je te conseille d’écouter cet épisode /  de lire cet article. Avant de m’écouter ou me lire, je te conseille aussi de t’abonner à mon podcast via ton lecteur afin que tu ne loupes aucun futur épisode et de t’abonner à la newsBetter afin de recevoir mes conseils sur ces différents thèmes jeudi prochain (Tous les jeudis, j’envoie un mail pour enrichir l’épisode du mardi matin)

N’hésite pas à me faire un retour, c’est avec grand plaisir que j’y répondrai. Bonne écoute et ou/bonne lecture ! 

Un triste constat...

« Il avait tout pour être heureux », je crois que l’on connait tous quelqu’un autour de nous qui avait tout pour être heureux et pourtant… On entend parler de burnout, de dépression, des séparation,…  Certains, étonnement sont pleinement épanouis alors que d’après nous, vus de l’extérieur, ils n’ont pas grand chose. Qu’avons-nous mal compris ? Pourquoi n’arrivons-nous pas à accéder ou atteindre le bonheur ?

Dans cet épisode/article, je me propose de continuer la série sur le bonheur en te proposant quelques mises en garde et quelques précautions à prendre avant de partir.  Durant le voyage, compte sur moi pour bien te guider mais en attendant, il faut que tu sois bien équipé.

  • Je vais donc te parler des préjugés que l’on a sur le bonheur  et qui font que l’on s’en éloigne souvent bien plus que l’on ne s’en rapproche.
  • Puis je vais te proposer quelques éléments pour enrichir la définition du bonheur de la semaine dernière (que je te conseille d’écouter avant celui-ci).
  • Enfin, je vais te montrer que notre cerveau nous empêche de le voir ou de l’atteindre alors qu’il est juste devant nous.

Le bonheur, une localisation inconnue il y a encore 100 ans

Il n’est pas sur que nos aïeux, poursuivis par des tigres à dents longues ou des mammouths se posaient la question de leurs épanouissement.

Il y a 100 ans, nos arrières-arrières-grands parents pensaient que le bonheur , c’était au ciel qu’ils allaient le trouver, après une longue vie pénible sur terre. Depuis, on a évolué et donc on se pose la question de transformer cette vie, tellement pénible et pesante parfois, en vie épanouissante et pleine de sens… 

Pourquoi est-ce ce difficile de trouver le bonheur ?

Des préjugés qui nous empêchent de l’atteindre

Tout simplement par ce que nous ne connaissons pas bien ses coordonnées… On a déjà évoque que définir le bonheur est extrêmement difficile. On a plein de croyance limitantes sur le bonheur :

  • « Etre heureux rend paresseux » : au contraire , les gens épanouis sont souvent plus productifs et créatifs,…
  • « Quand on est heureux on est égoïste » : c’est encore une idée complètement fausse, les gens heureux font beaucoup plus de dons que la moyenne, ils font plus de bénévolat…
  • « l’argent fait le bonheur ».
  • « la quête du bonheur est impossible ».
  • Une dernière pour la route: « Encore que le bonheur est éphémère » : le plaisir l’est, pas le bonheur même si, comme je l’ai écrit plusieurs fois, il peut s’estomper à certains moments de la vie. Rappelle-toi l’épisode sur les tempêtes de la vie.

En fait, on passe notre temps à dévaloriser le bonheur.  

On se trompe de bonheur

Si aujourd’hui, je te disais que j’étais un génie, et que je te propose 3 vœux: Il y a de forte chance que tu me demandes

  • L’argent
  • La célébrité
  • Le succès professionnel…

On a malheureusement tendance à privilégier les raccourcis vers le bonheur, enfin ce que l’on pense être des raccourcis vers ce dernier, plutôt que le bonheur en lui-même.

Pourquoi ? On ne sait tout simplement pas comment le définir.

La définition du bonheur

Dans le précédent épisode, j’avais ébauché une définition du bonheur mais aujourd’hui, je t’en donne un plus précise. Si tu m’écoute ou me lis depuis quelques temps, tu vas te rendre compte que nous avons fait déjà fait quelques pas vers ce dernier.

La psychologie positive a montré que:

  • La plupart des facteurs du bonheur sont à 80% intrinsèque, cela veut dire qu’il vienne de nous et non de l’extérieur (extrinsèque).  Donc l’argent, la célébrité on oublie…
  • Une part importante de ces 80% est génétique, donc si tu viens d’une famille qui n’est pas très positive, tu vas parcourir quelques kilomètres en plus que certains pour y accéder.

Pour être heureux, et on le verra dans toutes cette longue série, il faudrait se focaliser sur notre personne, ce sur quoi on  peut vraiment faire quelque chose.

Voici une nouvelle définition un peu vague mais que je vais détailler au fil des épisodes, être heureux, ce serait:

  • Vivre en s’aimant (estime de soi)
  • En tenant compte de ses valeurs: les éléments qui nous animent dans la vie.
  • En ayant une envie d’évoluer : et de passer à l’action sur ses projets.
  • Tout en se projetant dans la vie avec confiance : un pilier du bonheur. 

Je pourrai te donner l’adresse complète aujourd’hui, et la manière d’y aller…. mais il y a de grandes chances que tu te trompes de chemin. Si c’était si simple, ces épisodes n’auraient pas de raison d’exister. 

Même si tu avais l’adresse et un bon plan, tu risquerais d’échouer avant de connaitre notre pire ennemi.

Le cerveau, un ami qui nous empêche d’atteindre le bonheur 

Dans l’épisode précédent, je te parlais des apports de la neuroscience dans la psychologie positive. Aujourd’hui, je l’utilise pour t’expliquer rapidement comment est composé notre cerveau.

Notre cerveau: 3 parties majeures

Pour être très très schématique, le cerveau est composé de 3 parties:

  • Le cerveau reptilien : c’est le plus primaire et qui a 2 principales fonctions, la survie et la reproduction. C’est lui qui nous pousse à la surconsommation, aussi bien économique qu’ alimentaire. Il a gardé les réflexes de nos arrières-arrières-arrières-grands-parents poursuivis par des mammouths qui ne sont plus du tout adaptés à la vie moderne.
  • Le cerveau limbique : c’est le siège des émotions. Lui, essaye de nous faire ressentir des émotions positives (plaisir, joie,…) et surtout de ne pas nous faire ressentir d’émotions négatives. C’est un peu à cause de lui (ou grâce à lui) que tu préfères netflix à la médiation.
  • Et enfin le cerveau moderne, le néo-cortex : c’est le composant le plus complexe et nous permet des raisonnements très riches. Le problème de ce dernier est qu’il demande d’en être conscient pour l’activer. Par exemple, dans l’épisode sur le modèle SPEAR, on l’utilisait, au lieu de réagir avec le cerveau limbique et nos émotions, on se posait les questions suivantes :
    • pourquoi est-ce que je réagis comme ça ?
    • Quelle est la réaction la plus adéquate ?

Pour atteindre le bonheur, il faudrait donc que nous puissions sortir la carte que je t’ai donnée mais le problème, c’est que notre cerveau le plus fainéant prend la main, et lui préfère sortir le GPS. 

Notre cerveau souffre de biais, et qui nous font déjouer sur le chemin du bonheur. Si tu veux en être convaincu, lis ces quelques lignes.

Un mauvais menu au restaurant

Contexte: tu te trouves dans un restaurant à prix unique, tu as payé 15€ pour y entrer, et on te propose deux choix de menus :

  1. Un très bon pour la santé à base de légumes, de fruits de saisons,…
  2. Une assiette avec des choses bien plus grasses, plus gourmandes,… des moteurs à dopamine… 

Tu choisis quoi ? Sans être magicien, je suis à 90% sur que tu choisisses le plat B. Pourquoi pas ? il n’y a pas de mal à se faire du bien (le petit loup noir ).

Maintenant,  changeons un peu le contexte: les deux plats sont diététiques, mais tu préfères largement le plat A qui a un coût de revient bien moins cher que le plat B. A ton avis ? Quel est le plat que tu choisis ?

Le B pour avoir un meilleur retour sur investissement… C’est FOU non ? Alors que je te rappelle, tu préfères le A.

Maintenant que l’on parle d’argent continuons, par un autre exemple…

Une mauvaise destination pour le week-end

Contexte: tu t’es payé un week-end au ski. Malheureusement, tu as attrapé une maladie qui t’empêche d’être très mobile si tu vois ce que je veux dire donc les remontées, la raclette, le vin chaud, pas l’idéal. Le jour avant de partir, un ami te propose de passer le week-end au chaud chez lui avec d’autres amis que tu adores. Question: Que fais-tu ? Pars-tu au ski dans ton état ou tu vas passer le week-end au chaud avec tes amis ?

Et oui, tu pars au ski….. Donc tu préfères passer un très mauvais moment au ski plutôt qu’un bon week-end au bord de la cheminée avec tes amis. L’argent était perdu mais tu as quand même fait un mauvais choix…

Un mauvais choix de job

Pour finir de te convaincre, une étude a été réalisée dans plusieurs écoles de commerces, et on questionne les étudiants sur leu futur choix de boulot. On leur propose deux options:

  1. Un job bien rémunéré avec un très bon équilibre de vie et peu de stress.
  2. Un job très bien rémunéré mais avec une grosse charge de travail et un stress proportionnel.

En première année, les étudiants en grande majorité choisissent l’option A. Alors que les étudiants en dernière année, choisissent en grande majorité l’option B. Pourquoi ? Pendant 3 ans, on les a conditionnés à la comparaison, à la compétition, à développer un ego dimensionné à la hauteur du prestige de l’école.

Convaincu ? Tu as compris que si tu veux, atteindre avec moi, la destination que l’on désire, à savoir le bonheur, il va falloir ré-éduquer ce cerveau qui ne nous veut pas toujours que du bien…

Si tu dois retenir quelques éléments avant de faire ton sac à dos:

  • Oublie tout ce que tu as cru comprendre sur le bonheur car malheureusement, beaucoup de croyances sont infondées.
  • Pense à prendre de quoi lire une carte car on ne va pas utiliser le GPS.
  • Et n’oublie pas de te coller des penses-bêtes pour ne rien louper du chemin : rappelle- toi la plage, les palmiers, ses coquillages,… 

A très vite pour le prochaine épisode… Et n’oublie pas la newsBetter.

Les épisodes que tu as peut-être loupés...

Se détacher du regard des autres

Abonne-toi à la NewsBetter !